Pirater une carte bancaire, c'est facile et pas cher

Vous disposez de plusieurs alternatives pour pirater des cartes bancaires, la plus simple étant certainement d’obtenir des données de cartes volées directement sur internet. Il vous reste également la possibilité de vous les procurer directement sur un distributeur automatique de billets. Ce dernier point, appelé habituellement skimming, sera abordé dans un prochain article de b3b.

Pas question ici de fournir un kit de piratage ou de vous donner les liens vers ces bourses d’information, mais simplement de vous sensibiliser à  la criminalité rampante et omniprésente sur le marché des cartes bancaires. Leurs émetteurs, comme MasterCard ou VISA par exemple, sont sur le pied de guerre et ne  cessent  de faire évoluer leurs armes pour la prévention et la détection des cas de fraude.

source article Lexpansion - carte bancaire piratée

Pirater un compte bancaire, obtenir des données de cartes bancaires ou encore attaquer un site internet, tout s’achète. Il suffit parfois de débourser quelques euros pour réaliser de telles opérations, largement accessibles sur le net.

Acheter au marché noir des données bancaires coà»te en moyenne 2,30 euros, et un “kit” permettant de bloquer un site plusieurs heures peut se négocier pour une centaine d’euros : quelques clics suffisent souvent pour accéder à  des cybercriminels monnayant leurs services.

via  Pirater un site ou une carte bancaire, c’est simple et pas cher – LExpansion.com.

Un autre article sur ce thème:

About Marc Barbezat

Blogueur et spécialiste en sécurité digitale, je suis surtout un veilleur passionné par l'innovation et les nouvelles tendances.

0 thoughts on “Pirater une carte bancaire, c'est facile et pas cher

  1. Tout s’achète et tout ce négocie dans le deep web, même la mort d’une personne.
    Ha les joies de l’informatique 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *